29 August 2011

Et si on rapportait nos bouteilles à la consigne ?

En France, jusqu'au début des années 80, les bouteilles de verre étaient consignées. Mais on parle là d'un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître… Aujourd'hui, nous jetons les récipients en verre dans des containers prévus à cet usage.

La consigne est une petite somme d'argent de l'ordre de 10 à 30 centimes que l'on paye lors de l'achat d'un bien. Cette somme est restituée lorsque l'on rapporte le contenant vide : bouteilles, fûts de bière…

A partir des années 70, l'arrivée dans les rayons des bouteilles en plastique à usage unique, symbole de modernité, a sonné le glas de la consigne. Non sans susciter des interrogations, comme le montre l'archive de l'Ina qui date de 1972, « Vie moderne : les ordures ».


Aujourd'hui la consigne est toujours en vigueur chez nos voisins allemands et belges. En France, ce n'est plus le cas (sauf dans quelques régions), comme l'explique Sylvain Pasquier, animateur du secteur emballages au service filières REP et recyclage de l'Ademe :
« Alors que dans la restauration plus d'un tiers des bouteilles de boissons en verre sont consignées, chez les particuliers elle n'est pratiquée que dans quelques régions, pour des boissons de fabrication locale. »

Lire l'article complet (et l'archive de l'INA)  d'Andrea Panacchini sur Rue89.com

Et pour conclure, une interrogation partagée : Pourquoi recycler des bouteilles qui lavées peuvent-être réutilisées de nombreuses fois ?

Patrice


-

22 August 2011

Prix de l'eau : Opération Transparence

Trouver des informations sur le prix du service de l’eau et comprendre sa facture d’eau relève du parcours du combattant.

Pour autant la loi prévoit que chaque citoyen puisse accéder aux informations sur l’eau qui coule de son robinet : prix, qualité, performance du service....

C’est entre autres pour répondre à cette nécessité que l’ONEMA (Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques) lance en 2008 l’Observatoire de l’eau. Objectif : réaliser une base de données des services de l’eau en France accessible à tous. Aujourd’hui, seules 5 % des collectivités l’ont renseignée malgré leur obligation légale.

Ce manque de transparence et de données, pourtant publiques, nous empêche de connaître le prix du service mais aussi la qualité et la disponibilité de la ressource qui coule directement de notre robinet.


C’est pourquoi France Libertés et 60 millions de consommateurs ont lancé le 22 mars 2011, à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau, une grande enquête collaborative baptisée Opération Transparence pour établir une cartographie complète du prix du service de l’eau en France : combien coûte l’eau, commune par commune, quels services se cachent derrière ce prix, qui gère l’eau...

Cette transparence est d’autant plus cruciale que d’ici 2015, 75 % des contrats de gestion du service de l’eau arrivent à échéance. L’occasion de faire son choix en toute connaissance de cause !

Les résultats commentés seront accessibles en ligne en mars 2012, alors que Marseille accueillera le Forum Mondial de l’Eau.

Patrice


-