6 August 2012

« La crise de l'eau est une crise de gouvernance »

L’eau, élément vital, symbole millénaire ? Objet d’un droit humain, aussi. Pour l’IERPE  (Institut Européen de Recherche pour la Politique de l’Eau) et son co-fondateur, le professeur Riccardo Petrella – économiste et critique de la mondialisation - il est temps d’inscrire le droit à l’eau dans les constitutions de chaque pays.

Les députés européens semblent avoir entendu le discours de l’IERPE, puisqu’ils ont voté le 3 juillet dernier une résolution  selon laquelle « L'accès à l'eau devrait être un droit fondamental et universel ». Mais il n’est pas sûr que les députés européens suivent le raisonnement jusqu’au bout. Pour Riccardo Petrella, l’inscription dans les textes nationaux doit permettre de débloquer des budgets pour rendre effectif ce droit fondamental


L’IERPE propose aussi de modifier la Directive européenne sur l’Eau pour y inclure le « droit universel de base » (50 litres par personne et par jour, eau potable et services sanitaires), un peu sur le modèle de l’Afrique du Sud, dont l’Etat garantit la fourniture gratuite de 6 m3 par foyer et par mois. Cette proposition s’appuie sur la fameuse résolution de l’ONU votée en 2010, qui reconnaît le droit à l’eau potable comme un droit fondamental.


Emmanuelle


-

No comments: