31 December 2012

Comment adapter le littoral à la montée des eaux ?

Alors que les experts prédisent une augmentation du niveau de la mer de 50 cm environ d'ici 2050, le « recul stratégique » dans certaines zones littorales s'impose progressivement comme la solution raisonnable plutôt qu'une protection « coûte que coûte » contre la mer. Mais le message reste difficile à faire passer auprès des populations.

 

« L’attitude naturelle est de résister face à la montée du niveau de la mer. Or, c’est techniquement et financièrement impossible », explique Yves Colcombet, directeur du Conservatoire du littoral. Fort de ce constat, cet établissement public cherche à faire admettre d’autres approches, en particulier le « recul stratégique ». Une solution qui consiste à laisser reculer la côte et à relocaliser les activités et les infrastructures en conséquence. 

 

L’Atelier annuel du Conservatoire du littoral, qui s’est tenu les 5 et 6 décembre à Montpellier, a ainsi rassemblé élus, experts et associations pour travailler sur l’adaptation à la montée des eaux.

 


Propriétaire de 12 % du linéaire côtier, le Conservatoire du littoral est en effet en première ligne face à une augmentation du niveau de la mer de plusieurs dizaines de centimètres, qui pourrait conduire 1/5ème de ses terrains à passer dans le domaine maritime.


Le message à faire passer est le suivant : la défense contre la mer à coup de digues et d’enrochement, chère et inefficace, doit laisser la place à une intervention plus limitée, tenant compte des évolutions naturelles du trait de côte.

 

Lire la suite de l'article de Magali Reinert sur Novethic.

 

Valéry

 

riposteverte.com

 

-

24 December 2012

Les saumons d’élevage, gavés aux pesticides

On le dit bon pour le cœur, la circulation et la lutte contre certains cancers. Le saumon, paré de ses vertus en oméga-3, cache pourtant une autre réalité. Depuis 2010, le saumon d’élevage norvégien est nourri aux pesticides. C’est la seule solution qu’auraient trouvée les pisciculteurs pour lutter contre un parasite naturel. Avec de possibles effets cancérogènes pour l’homme. Et une catastrophe environnementale avérée pour la faune aquatique.


Les saumons d’élevage norvégiens qui finissent en filets dans les rayons réfrigérés des supermarchés avant d’atterrir dans nos assiettes sont nourris aux pesticides. Cette information, révélée en juin 2010 dans l’émission « Pièces à conviction » (France 3), fait l’objet d’un nouveau rapport d’une ONG norvégienne, Green Warriors.

Les Français sont directement concernés puisque 80 % des saumons qu’ils consomment – près de 100 000 tonnes importées chaque année ! – viennent des fjords norvégiens. Or, c’est au cœur de ces vallées glaciaires que le saumon est victime des attaques d’un parasite naturel, le pou de mer.

Visionnez l'émission de F3 ou lisez l'article de Sophie Chapelle sur Bastamag.

Bonnes fêtes !

Christophe

riposteverte.com

-

17 December 2012

Gestion de l’eau : fin de l’ingénierie publique et faillite du conseil privé

La disparition de l’ingénierie publique et les graves défaillances du conseil privé confrontent les collectivités locales françaises à des difficultés qui entravent le choix éclairé d’un mode de gestion de l’eau et de l’assainissement. Plusieurs initiatives récentes, émanant d’acteurs très divers, visent à pallier ces carences. Mais la structuration pérenne d’une nouvelle ingénierie publique territorialisée apparait seule à même de garantir, relativement aux choix de mode de gestion, une bonne gouvernance du service public de l’eau.

La révision générale des politiques publiques (RGPP) conduite depuis 2007 a entraîné la suppression des missions d’assistance et de conseil qu’exerçaient historiquement les ex-directions départementales de l’agriculture et de la forêt (DDAF) et directions départementales des territoires (DDE). Particulièrement en milieu rural, ces instances assistaient les collectivités locales, notamment sur le choix du mode de gestion dans le domaine des compétences « eau et assainissement ».


Face à la complexité des questionnements auxquels doivent désormais répondre les collectivités, ces dernières, livrées à elles-mêmes, sont de plus en plus amenées à passer des marchés publics pour la réalisation d’audits. Or, aucun encadrement réglementaire ou normatif ne détermine le contenu de ces missions, qui s’inscrivent pourtant dans le champ de la commande publique.

Depuis, plus de 9 000 contrats de délégation de service public (DSP) sont détenus par les trois grands opérateurs privés du domaine de l’eau et de l’assainissement en France.
Cet état des lieux appelle l’émergence d’une nouvelle ingénierie publique territorialisée qui ferait progresser la gouvernance du service public de l’eau en France.

Lire la suite de l'article de Marc Laimé sur Carnets d'eau.

Bonne lecture,

Cyril

riposteverte.com

-

10 December 2012

L'eau souterraine est elle l'avenir de la planète ?

Les eaux souterraines représentent une ressource très productive, et l’intérêt de leur exploitation ne cesse de croître dans de nombreux pays. Que savons-nous de ce qu'on appelle les aquifères karstiques ? Comment peut-on exploiter cette précieuse ressource en eau de manière durable ?


Telles sont les questions auxquelles cette emission de France culture apporte des réponses.

Ecoutez Planète Terre, animée par Sylvain Khan, avec Philippe Audra, professeur de géomorphologie à l'Université de Nice Sophia-Antipolis.

Bonne écoute,

Cyril

riposteverte.com

-

3 December 2012

Lancement de la « Plateforme Petite Pêche Artisanale Française »

" A travers l’adhésion de l’Association des ligneurs de la pointe de Bretagne, du Syndicat Professionnel des Pêcheurs Petits Métiers du Languedoc Roussillon et d’autres pêcheurs artisans nous représentons déjà près de 500 adhérents des façades Méditerranéenne et Atlantique. Avec cette plateforme, nous souhaitons rassembler les professionnels soucieux de la sauvegarde de cette catégorie de la flotte française souvent mise de côté.

Nous sommes les plus nombreux, mais le dispersement sur le territoire et le manque de temps à terre ont rendu difficile par le passé l’émergence d’un mouvement collectif afin de préserver et défendre nos entreprises. Aujourd’hui c’est chose faite.

Vous trouverez sur notre site, notre déclaration qui présente la philosophie de cette plateforme dont les principaux objectifs sont de créer du lien entre nous, pêcheurs artisans de France métropolitaine et des territoires d’outre-mer, et de pouvoir bénéficier d’une représentation au niveau national et européen, pour que nos spécificités soient prises en compte dans les lieux où se prennent les vraies décisions.


Nos revendications sont simples, nous souhaitons :
-          un « droit de pêcher » avec un partage équitable des quotas et la prise en compte de notre nécessaire polyvalence ;
-          la priorité d’accès aux ressources de la bande côtière ;
-          la simplification des procédures administratives pour la petite pêche artisanale ;
-          un accompagnement financier européen pour que les acteurs de la petite pêche artisanale puissent être représentés ;
-          la mise en œuvre d’un signe de reconnaissance officiel d’attestation de spécificité traditionnelle.

Plus nous serons nombreux, plus nous serons légitimes et efficaces pour défendre les intérêts de la petite pêche artisanale. Si vous souhaitez rejoindre le collectif, faites vous connaître ! "


Christophe


-